Evaluation de la qualité des performances

Nouvelle publication: Evaluation de la qualité et des performances de la science: La qualité avant la quantité

Le système de recherche se développe parce que la productivité est récompensée. Ce qui fait sens pour l’économie peut conduire à des incitations négatives dans la science. La qualité des résultats scientifiques ne peut parfois plus être suffisamment assurée. Tout particulièrement en cette période de « fake news », la confiance dans la science ne doit pas être compromise. Dans une récente publication, l'Académie suisse des sciences humaines et sociales et l'Académie des sciences naturelles plaident pour la qualité avant la quantité.

Le système de recherche se trouve dans une situation difficile. La pression concurrentielle et les mesures de la performance incitent à considérer non pas la qualité d’une étude, mais plutôt à compter le nombre de publications et de citations. Cela incite à publier les résultats fréquemment et rapidement. Il arrive par exemple souvent que des résultats partiels d’une étude soient communiqués avant la fin de cette dernière. Il en résulte de fausses déclarations par mégarde et une énorme quantité de publications.

Débattre au lieu de compter
La qualité de la recherche ne peut être mesurée uniquement sur la base de critères quantitatifs. La Dr Marlene Iseli de l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH) confirme : « Environ 50 % des critères que les chercheurs et chercheuses en sciences humaines considèrent comme essentiels pour évaluer la qualité de la recherche ne peuvent être mesurés en chiffres ». Dans la publication récemment parue, « Zur Diskussion: Qualität vor Quantität », l’ASSH et l'Académie des sciences naturelles (SCNAT) rappellent les principes d’une science fonctionnelle et résument des mesures déjà discutées. Leur mise en œuvre ne devrait pas être retardée si l'on ne veut pas mettre en péril la crédibilité des résultats scientifiques. « Il est temps que les résultats soient à nouveau débattus et non comptés dans le domaine universitaire », explique le Dr Markus Zürcher, secrétaire général de l’ASSH.

Marlene Iseli/ Markus Zürcher. Schweizerische Akademie der Geistes- und Sozialwissenschaften (SAGW): «Zur Diskussion: Qualität vor Quantität»
Swiss Academies Communications 13 (5)

DOI

Evaluation de la qualité des performances

Activités entreprises jusqu’à présent par l’ASSH dans le domaine et perspectives

Depuis de nombreuses années, l’ASSH se consacre à des questions relatives à l’évaluation de la qualité. Elle a proposé une plateforme d’échange au travers de l’organisation de divers colloques (comme «Pour une nouvelle culture des sciences humaines?» 2011, «Forschungsevaluation und geisteswissenschaftliche Fachkulturen: Transparenz, Topographie oder Bewertung?» 2012), elle rend régulièrement compte dans son Bulletin des projets et des avancées pertinentes dans ce domaine et continuera à l’avenir de se consacrer à cette thématique.

La Conférence des président-e-s de l’Assemblée annuelle 2013 de l’ASSH a poursuivi le but de définir des indicateurs possibles d’une évaluation de la qualité et, ainsi, de contrôler autant que possible leurs effets et effets secondaires indésirables. L’Académie a invité ses sociétés membres à définir des recommandations de base pour l’évaluation de la qualité et des performances à l’attention des bureaux universitaires d’évaluation qui tiennent compte des particularités et des caractéristiques de chaque discipline. Ceci devrait contribuer à une meilleure compréhension des critères et des objectifs de la recherche, de l’enseignement, des prestations de transfert et d’encouragement dans le quotidien des sciences humaines et sociales et promouvoir une culture scientifique commune conformément aux recommandations énumérées dans la prise de position « Pour un renouvellement des sciences humaines ».

Publication: Un rapport de synthèse et des prises de position des sociétés membres de l'ASSH

Schweizerische Akademie der Geistes- und Sozialwissenschaften (2016). Qualitäts- und Leistungsbeurteilung in den Geistes- und Sozialwissenschaften: Prinzipien, Ansätze und Verfahren. Swiss Academies Reports 11 (2).

DOI L Science en mouvement

La qualité plutôt que la quantité - points de vue

Dr. Markus Zürcher
secrétaire général de l’Académie des sciences humaines et sociales

L’impact des publications sert d’indicateur de référence dans la compétition pour les premières places du classement international de la recherche. En février 2018, le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation a publié un rapport qui montre que les publications suisses avaient le 3ème plus grand «impact» au monde entre 2011 et 2015. Cette mesure objective reflète une construction qui défavorise ou qui avantage certains domaines scientifiques: seules les revues internationales dont la langue de référence est l’anglais ont été considérées.

Les incitations inopportunes et les conséquences négatives qui découlent de cet indicateur dépassent le simple biais: nous constatons en effet une augmentation du nombre de publications exponentiellement coûteuse et insensée, puisque plus de 50% des articles ne sont jamais cités. Il n’est pas non plus dans l’intérêt de l’acquisition de connaissances que les résultats soient publiés par segments pour augmenter l’indicateur d’impact. Comme tout le monde veut publier dans des revues avec un indicateur d’impact élevé, la publication de conclusions importantes est retardée. A l’inverse, des résultats pertinents parus dans des revues moins renommées reçoivent moins d’attention. L’impact de la revue prévaut sur la qualité de l’article.

Il est temps que les résultats soient à nouveau débattus plutôt que comptés dans le milieu universitaire, car la loi de Gersham s’applique aussi au domaine scientifique: «Work that produces measurable outcomes tends to drive out work that produces unmeasurable outcomes». Le système scientifique met actuellement au second plan la lecture des articles, ainsi que leur examen critique et leur discussion.

Points de vue, 18.07.2018, future - Réseau pour le dialogue entre science et politique

Lien vers le site réseau future

Contact

Dr. Marlène Iseli

Wissenschaftliche Mitarbeiterin

Sektion 5 und Sektion 7

SAGW
Haus der Akademien
Laupenstrasse 7
Postfach
3001 Bern

marlene.iseli [at] sagw.ch

++41 (0)31 306 92 50/56

Dossier Bulletin

SAGW-Bulletin 2/2011, Dossier: Qualitäts- und Leistungsmessung in den Geisteswissenschaften

Beiträge zum Themenfeld Hochschulsteuerung

Beiträge zum Themenfeld "Hochschulsteuerung im Zeichen von Qualität und Leistung", Auszug aus den Akten der SAGW-Veranstaltung "Für eine neue Kultur der Geisteswissenschaften?", 30. November -2. Dezember 2011, Bern

esense GmbH