Culture scientifique des sciences humaines

Culture scientifique des sciences humaines

L’interdépendance entre science et société entraîne des exigences plus poussées quant à la pertinence et à la responsabilité dans l’enseignement et la recherche: employabilité, résultats applicables, solutions aux problèmes sociaux ainsi que la documentation et le contrôle des prestations grâce aux critère de qualité et de performance sont attendus. Le projet, mis en concurrence, axé sur les résultats et sur des utilisateurs hypothétiques, s’établit en tant que mode de travail, d’organisation et de financement. Reflétés sous une forme adaptée aux sciences humaines, il est possible de satisfaire à ces exigences et attentes et par là, de renforcer leur position au sein du système scientifique.

Dans l’idée de faire le point, l’Académie des sciences humaines et sociales (ASSH) a organisé un événement de trois jours intitulé «Pour une nouvelle culture des sciences humaines?» (2011). En s’appuyant sur les résultats des débats, le groupe de travail «Culture scientifique des sciences humaines» a élaboré le document de prise de position «Pour un renouvellement des sciences humaines» (2012) à l’issu duquel eut lieu une vaste consultation avec une conférence publique (2013). C’est dans l’intention de suivre le développement de la promotion des sciences humaines durant la dernière décennie sur une base de données de manière empirique, que le rapport fondamental «Encouragement des sciences humaines en Suisse pour la période 2002–2012» a été publié. Les présentes recommandations pour la promotion des sciences humaines 2017–2020 s’appuient sur une étude approfondie réalisée par le cabinet de conseil et de recherche econcept qui a pour objectif l’identification et l’élaboration d’interactions quali-tatives et de mesures ciblées acceptées par la communauté afin de renforcer les sciences humaines.

Pertinence des sciences humaines et sociales

Depuis le tournant du millénaire, la société est souvent qualifiée de société du savoir, où la science et le savoir sont reconnus comme étant des facteurs de production essentiels qui contribuent de manière significative à la création de valeur, à la productivité, à la croissance économique et au bien-être. Par conséquent, le système éducatif se retrouve placé au centre des préoccupations, et il est donc de plus en plus attendu que les parcours éducatifs soient orientés par rapport au marché du travail. Dans certains contextes, rien ne s’oppose à cette perspective instrumentaliste de la formation, mais dans ce débat on oublie souvent que les sciences humaines, qui ne forment pas directement à des métiers en particulier, apportent également une contribution fondamentale à la société et à l’économie, participant ainsi directement à la production de valeur.

Le site web abouthumanities.sagw.ch a pour objectif de montrer pourquoi nous avons besoin des sciences humaines pour résoudre des problèmes sociétaux aussi bien que pour renforcer la société.

esense GmbH